Comment les données influent-elles sur le secteur de l’immobilier?

Mai 22, 2018 | By FCT

Les données sont partout. Les gens en parlent, en partagent, en volent, en cachent, s’en servent pour faire des annonces ciblées, et bien plus encore! Pourquoi cet engouement pour les données?

Essentiellement, les données sont des éléments d’information, qui peuvent être étudiés pour cerner des tendances, faire des prévisions et gérer les risques. L’accès accru aux données, aux analyses de données et à l’automatisation a commencé à influencer la prise de décision dans tous les secteurs d’activité, y compris le secteur de l’immobilier.

De nos jours, les clients s’attendent à vivre une expérience d’achat et de vente de propriété sans heurts. Les données continuent d’évoluer et de devenir plus accessibles, ce qui aide toutes les parties à une transaction immobilière à mieux connaître les facteurs ayant des incidences sur le marché – des connaissances qui à leur tour favorisent la concurrence.

« Nous passons progressivement à l’ère numérique, et la transparence des données et la connectivité permettront d’offrir une meilleure expérience client, en plus de rendre chaque partie d’une transaction immobilière plus efficace, plus rigoureuse et plus responsable. »

Jon Castellano, directeur, Produits et développement des affaires, FCT

Les courtiers immobiliers travaillent dans un contexte très concurrentiel; ils peuvent tirer parti des données pour obtenir des pistes. En accédant à des ensembles de données publics comme ceux de Statistique Canada et aux données de recensement, ils peuvent cerner des tendances d’achat et de vente, mais aussi agir de façon proactive s’ils savent quand une personne va vendre sa propriété avant même qu’elle n’ait pensé à l’afficher. L’automatisation se veut un complément de ces sources de données. Les capacités de créer en quelques secondes une convention d’achat et de vente pré remplie avec des données exactes, d’utiliser des outils de visualisation pour donner des renseignements utiles sur une propriété ou un quartier, et de proposer une fonction de signature électronique pour le traitement d’une transaction permettent aux courtiers immobiliers d’offrir un service à la clientèle exceptionnel. C’est grâce à ces possibilités nouvelles qu’un bon courtier peut se démarquer.

Les évaluateurs sont convoités sur le marché immobilier actuel, car ils ne sont pas assez nombreux pour répondre à la demande. Afin de demeurer concurrentiels, ils doivent analyser de vastes ensembles de données et investir dans des technologies axées sur les données pour automatiser des parties de leur processus actuel. Plus un évaluateur ne recueille de données pour alimenter son logiciel d’analyse, plus ses ajustements, ses évaluations et ses valeurs estimatives seront fiables. Les données n’éliminent pas le rôle des évaluateurs, mais permettent plutôt une approche plus rationnelle en matière d’évaluations et des gains d’efficacité tout au long du processus d’évaluation. L’évaluateur ajoute de la valeur aux données grâce à son expérience, son savoir-faire et sa capacité à analyser l’information sur le marché local. Cette combinaison habilite l’évaluateur à produire des résultats fondés sur les données qui contribuent à réduire les risques liés à l’immobilier.

Les notaires et les avocats ont une excellente occasion de mettre à profit les données afin de mieux gérer leur clientèle, d’offrir des services plus efficaces et, surtout, de prévenir la fraude. Les notaires et les avocats ont le devoir professionnel de protéger les intérêts de leurs clients. Pour cette raison, l’accès aux données sur les consommateurs, les propriétés et les transactions est d’une importance primordiale pour eux. Une base de données adéquate combinée à une bonne gouvernance leur permet  de faire le suivi de leurs clients durant le cycle hypothécaire, pour veiller à communiquer avec eux en temps opportun comme le moment du renouvellement de leur prêt ou de l’achat d’une nouvelle propriété. Par ailleurs, les services fondés sur les données, comme la vérification de l’identité, de la propriété ainsi que de sa valeur offrent  des outils et des ressources forts utiles à la prévention des fraudes potentielles.

Les prêteurs doivent effectuer une simulation de crise pour chaque emprunteur depuis l’entrée en vigueur des modifications de la ligne directrice B-20 du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF). Ils doivent aussi mettre en place des mesures de conformité rigoureuses pour assurer une souscription de prêts hypothécaires sécuritaire, et avoir une vue plus dynamique de leur portefeuille de prêts hypothécaires. La règle Bien connaître son clientet la règle B-20 obligent les prêteurs à faire un bilan de leur portefeuille hypothécaire en combinant des points de données internes et externes, de sorte à veiller à ce que les éléments essentiels d’une transaction immobilière soient respectés et vérifiés dans le but réduire les risques. En recueillant des données sur les consommateurs et les propriétés au moyen d’analyses et de modèles prédictifs adéquats, les prêteurs sont en mesure de faire preuve d’une plus grande diligence au moment de la souscription, de mettre en place une stratégie de conservation de la clientèle personnalisée et de protéger leurs investissements.

Même l’acheteur de maison moyen a désormais accès à plus de données que jamais. En quelques clics, il peut voir les propriétés disponibles, leur prix affiché et, dans certains cas, le prix auquel elles ont été vendues. Cela permet aux acheteurs d’avoir des attentes réalistes lorsqu’ils font des recherches sur le marché, et leur procure un avantage stratégique le moment venu de présenter des offres.

Selon vous, de quelles autres façons les données influent-elles sur le secteur de l’immobilier? Faites-nous-en part dans la section réservée aux commentaires!

Categories: FCT

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *