Protégez-vous contre une fraude en forclusion.

Par FCT

Peut-être que vous ou votre conjoint avez récemment perdu votre emploi ou que vous avez dû faire face à une dépense importante et imprévue. Les factures impayées s’empilent et vous êtes en défaut de paiement sur vos versements hypothécaires en plus des autres dettes qui s’accumulent. Cette situation fait en sorte que vous êtes en danger de perdre votre maison à cause du pouvoir de vente ou de saisie que détient votre créancier hypothécaire. C’est à ce moment, lorsque vous êtes le plus démuni devant une telle situation, qu’un supposé chevalier blanc apparaît. Il offre de vous faire un prêt ou de vous aider temporairement avec votre prêt hypothécaire en échange du transfert des titres à son nom, ce qui lui servira de garantie. Vous les reprendrez, évidemment… une fois que vous aurez remboursé votre « sauveteur ».

Soyez prudent! Ceci pourrait être le signe d’une fraude en forclusion qui entraîne généralement la saisie ou la revente de votre immeuble hypothéqué. Dans ces situations, le fraudeur demande des versements exorbitants qui sont impossibles à respecter pour le propriétaire ou, encore, les fonds versés par les emprunteurs ne sont pas utilisés pour rembourser le prêt hypothécaire ou les autres dettes. Puisque vous avez transféré les titres de la propriété au « prêteur », il peut la revendre à sa guise ou consentir à une nouvelle hypothèque sur la maison.

Vous devez surement vous demander comment cela peut arriver… Ce genre de pratiques douteuses d’octroi de prêt souligne l’importance de demander une opinion juridique éclairée à un notaire ou à un avocat lorsqu’il est question du transfert d’un immeuble qui vous appartient. Ces professionnels de l’immobilier devraient être en mesure, en temps opportun, de détecter une arnaque qui pourrait potentiellement entraîner la perte de votre immeuble.

Si vous êtes en danger de perdre votre maison à cause du pouvoir de vente ou de la saisie d’un immeuble hypothéqué, il y a d’autres options qui s’offrent à vous. Vous pourriez prendre un arrangement avec votre créancier hypothécaire actuel afin d’obtenir de nouvelles modalités de remboursement de votre prêt, de faire diminuer même temporairement vos versements, de vendre quelques-uns de vos objets de valeur ou, dans le pire des scénarios, vous pourriez vendre vous-même votre immeuble et potentiellement dégager de la vente un léger profit. Cependant, si vous n’avez plus d’option et que votre immeuble vaut moins que ce que vous devez à votre prêteur actuel, il pourrait devoir acquiescer à une « vente à découvert », suite à laquelle il accepte d’éponger la différence comme une perte.

Pendant ces moments où vous êtes vulnérable, évitez de vous laisser abuser par des fraudeurs ou d’autres pratiques douteuses d’octroi de prêt! Cela risque fort bien d’empirer une situation déjà pénible.

Categories: Fraude

Laisser une réponse

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d’un *